Montmartre aux artistes

 

                                              

 

 



« Montmartre-aux-Artistes »

187/189, rue Ordener

PARIS XVIII ème



 

Un îlot singulier dans le quartier des Grandes Carrières :



Contrairement à quelques idées reçues, Paris est une ville où il fait encore bon vivre ! Certains quartiers respirent la convivialité et l'on s'y sent bien : c'est le cas de la rue Ordener qui monte du Métro Guy Moquet en passant par Mairie du XVIIIème jusqu'à Marx Dormoy.

Aux numéros 187/189, le promeneur étourdi ne remarquera peut-être pas une cité d'artistes ! Simplement aura t-il vu un beau et grand bâtiment de briques rouges mais comment peut-il deviner qu'en son sein se love un cadre paisible et bucolique propice à la créativité ?

C'est là qu' en 1937 Vasyl Khmeluk posa ses valises … et ses pinceaux … après avoir séjourné vers le quartier Montparnasse.

Le Monparno-solitaire qui aime tant la nature s'y sent particulièrement bien car La Butte symbolise un peu la campagne à Paris.

Au XVIème siècle, les habitants de Montmartre, localité située alors hors de Paris, sont principalement laboureurs-vignerons. Les vignes sont cultivées du sommet de La Butte jusqu'aux plaines environnantes ; on y produit encore du vin de nos jours et le Village de Montmartre reste une image d'Epinal dans le coeur des artistes, des parisiens et des touristes.

Louis Lejeune, Grand Prix de Rome de Sculpture en 1911 , réussit son pari lorsqu'il créa « Montmartre-aux-Artistes » dans les années 30 pour permettre aux artistes de continuer à vivre dans la capitale.  Des matériaux bon marché furent privilégiés afin d'instaurer des loyers abordables et c'est à présent la Ville de Paris qui gère les trois immeubles (rachetés en 1936).

L'architecte choisi par Louis Lejeune (Adolphe thiers, 1878/1938, qui fit « Le Moulin rouge ») sut donner à cet endroit unique une facture toute particulière aussi bien dans la composition des espaces que dans le choix de la construction :

Sur la façade principale le perron d'entrée est encadré de deux atriums et la disposition est en biais,

La structure est en bêton armé rempli de briques et les sols sont des parquets sans joints,

Les ateliers-habitations et les ateliers-lieux de travail, tous calmes et lumineux, ne comportent aucune cloison afin de pouvoir les organiser selon le besoin de chaque locataire,

Les trois larges bâtiment de quatre étages sont disposés, tels un îlot  citadin, sur un demi hectare où s'étendent trois cours arborées qu'égaye le chant des moineaux...

 

 

Dans ce lieu magique et cependant rationnel,

tout semble avoir été pensé pour le bonheur des artistes !

 

 

L'atelier de Vasyl Khmeluk était dans la deuxième cour et il  y passa plus de quarante ans parmi ses toiles et ses chevalets en compagnie de son épouse qui y finit ses jours.

La ferronnerie d'art, les verrières, les mosaiques et les vitraux non figuratifs (le tympan des arcades) : tout ici fleure bon une époque révolue quand le charme des années 1925 perdure et témoigne de l'esprit « Arts déco ».

Cet espace dévoué à l'art est cependant toujours resté vivant, prolifique et à dimension humaine.

Avec ses 184 ateliers, « Montmartre aux Artistes » est encore à ce jour un vivier de talents et la plus grande cité d'artistes d'Europe.




 

 

        

 

 

 

 

             

                     (Façade Rue Ordener)                                      (Entrée vue de l'intérieur)                        (L'atelier de Vasyl Khmeluk) 

 

 

 

 

Revenir vers le haut

 

 

Tous droits réservés © Le Kouddar
Il est interdit de reproduire d'une quelconque façon ou de modifier tout ou partie de ce site.

 

 

 

Montmartre aux artistes
© 2010